SPIRAL TRIBE


                      Spiral Tribe

Spiral Tribe (souvent surnommé Spi),  un son tekno originaire de Londres, actif pendant la première moitié des années 1990 et à l’origine du mouvement free party en Europe. Leurs DJ et livers jouaient principalement les sous-genres de la techno suivants : techno, acidcore, breakbeat, transcore, hardtek, techno hardcore ou encore, comme son nom l’indique, la tribe.

                                                                          Periode britannique

Les Spiral organisent leur première fête au Royaume-Uni en octobre 1990. Très vite avec d’autres sounds systems technos ils se rapprochent destravellers, dont ils adoptent le mode de vie nomade. Ils se produisent ainsi dans plusieurs free festivals, événements emblématiques de la culture traveller. Emportant avec eux tout le matériel nécessaire à l’organisation de leurs fêtes, ils organisent de nombreuses free parties dans divers lieux squattés, essentiellement dans le sud de l’Angleterre.

En mai 1992, le sound system participe au festival de Castlemorton qui attire environ 30 000 personnes, le plus grand événement de ce type à l’époque. À la fin du festival, les membres des Spiral sont arrêtés et inculpés sous la charge de « conspiration en vue de créer un trouble à l’ordre public » (« conspiracy to cause public nuisance »). Le proces qui a lieu en 1994 est l’un des plus longs et couteux de l’histoire britannique, s’étendant sur près de quatre mois. À l’issue du procès, tous les accusés sont acquittés.

Les Spiral et le mouvement free party sont alors largement médiatisés, plusieurs journaux demandant qu’une action soit entreprise contre les nuisances causées par les raves illégales. En réponse, le gouvernement britannique adopte en 1994 le Criminal Justice and Public Order Act qui entre autres mesures donne à la police des pouvoirs accrus pour réprimer les rassemblements festifs en plein air. La loi est explicitement dirigée contre la musique techno définie comme « caractérisée par l’émission de rythmes répétitifs » (« wholly or predominantly characterised by the emission of a succession of repetitive beats »).

                     Voyages
                           en
            France et en Europe  

En 1993, plusieurs membres de la Spiral Tribe gagnent la France, fuyant la répression au Royaume-Uni. Ils organisent ce qu’ils appellent alors des « raves gratuites », on retiendra les teknivals de Fontainebleau, Chaos de Montpellier le Vieux près de Millau (1994), ou celui de Tarnos (Alien Festival – 10 jours – été 1995, co-organisé avec le teknozine TNT) dans les Landes. Cette traduction de l’expression « free party » est par la suite abandonnée car le mot « gratuit » ne couvrait pas l’intégralité du sens du mot « free » qui, s’il peut faire référence à la gratuité évoque également la liberté. Le terme « rave party » est lui aussi abandonné ; il est repris uniquement pour désigner les soirées technos payantes et autorisées. Vers 1995, les expressions « free party » et teknival deviennent la norme pour désigner le type d’événements organisé par la Spiral Tribe et ceux qu’elle a inspiré.

Les Spiral ont ainsi contribué à l’émergence de nombreux sound systems français tels que les TNT, Heretik, Troubles fêtes, Tomahawk, Infrabass, Nomads, Foxtanz et OQP, dont beaucoup ont décidé de les imiter après avoir assisté à l’une de leurs soirées.

Pendant cette période, le sound system voyage aussi beaucoup à travers l’Europe. Ils ont ainsi participé à l’organisation du premier teknival CzechTek en République tchèque en 1994, événement devenu annuel par la suite. Ils ont également organisé des free parties et teknivals aux Pays-Bas, en Allemagne, Espagne, Italie, répandant sur leur passage leur conception de la free party.  

 Par la suite, une partie de la tribu s’est rendue aux États-Unis pour y organiser free parties et teknivals. Les Spiral se sont séparés vers 1996, certains membres fondant de nouveaux collectifs, d’autres entamant des carrières solos.   

On sait que certains membres feront un passage au CAES de Ris-Orangis avec des membres de Facom Unit et U.F.O et y habiteront quelque temps fin des annees 90. En 2004 est sorti un DVD intitulé World Traveller Adventures qui regroupe plusieurs documentaires sur le mouvement free party. Le titre fait référence à l’un des morceaux de l’album des Spiral Forward the revolution. L’un des documentaires, intitulé 23 minute warning (également le titre de l’un de leurs premiers morceaux), retrace l’histoire du collectif à travers des interviews et des images d’archive de l’époque.

                        Philosophie


                                                                                    Principes et influences

Les idées des Spiral Tribe peuvent être résumées par le slogan « free music for free people ». Cette philosophie dénonce l’industrie musicale et culturelle, prône et applique l’autogestion, l’autonomie, le respect de l’environnement. Elle comprend une critique du capitalisme, une certaine tendance vers l’anarchisme et est proche du mouvement Do It Yourself (DIY) et de la conception des « Zone d’autonomie temporaire » (ZAT) théorisées par Hakim Bey.

Sur un plan plus pratique, le concept de sound system a été repris de la communauté immigrée caribéenne. Musicalement, les Spiral ont été influencés par l’acid house, et par le fameux club de Manchester The Haçienda, qui a fait découvrir à toute une génération ce qu’était la musique électronique amplifiée.

                  La symbolique des Spiral Tribe

La forme de la spirale a donné son nom à la tribu ; on retrouve le motif sur plusieurs flyers et pochettes de disques vinyles produits par les Spiral. D’après l’un des membres, le nom de la tribu lui a été inspiré par un poster affiché dans un bureau où il travaillait, représentant une coquille d’ammonite composée d’une spirale dont tous les points la composant sont interconnectés1.

Depuis sa création, le groupe se montre obsédé par le nombre 23. On le retrouve ainsi sur de nombreuses pochettes, posters et flyers. Des soirées ont souvent été organisées le vingt-troisième jour du mois. Plusieurs vinyles sont sortis sous le code générique SP23 ; enfin le premier label fondé à Paris pour sortir leurs productions musicales s’appelait Network 23. Ce dernier nom est lui-même présent dans l’un de leurs premiers morceaux dans un sample issu de la série Max Headroom : « this is network 23, the network that means business now transmitting live to the world ».

D’autres personnes célèbres, en particulier dans le monde littéraire, ont attaché de l’importance à ce nombre. C’est ainsi le cas de l’écrivain William S. Burroughs qui le glissait dans toutes ses histoires, et aimait à interpréter toutes les apparitions du nombre dans sa vie quotidienne afin de démontrer qu’elles n’étaient pas dues au hasard. Le nombre 23 est par ailleurs important pour le discordianisme et dans la trilogie Illuminatus de Robert Anton Wilson.

                         Membres des Spiral

La notion de membre de la tribu était très informelle ; très vite au-delà du noyau dur initial de nombreux artistes les ont rejoints, les accompagnant dans leurs périples parfois pour quelques fêtes seulement, d’autres de manière plus durable, le public ayant tendance à considérer comme Spiral tout artiste se produisant dans l’une de leurs free parties.

                                                                                                                                                                                                                                                                      On peut notamment citer comme membres principaux :

  • Mark Stormcore
  • Curley / Esoteric (Curley Schoop)
  • Sebastian, alias Jim Snake ou 69db
  • Zander
  • Simon, alias Crystal Distortion
  • Jeff 23, alias DJ Tal
  • Ixindamix
  • MeltDown Mickey
  • kaos
  • Debbie (aka Pheen X), créatrice de la plupart des éléments graphiques de la tribu
  • Dj Renegad sid
  • Alex 65
  • Jackacid
  • Nigel alias edge
  • dj aztek
  • dj Manic josh Automanic josh
  • Hamish
  • Allan
  • R-ZAC

                                                      Discographie

 

                                                                                             

SPIRAL TRIBE   disques vinyl s

  • Spiral Tribe EP 1 00 00023-A : The Exchange – Spiral Tribes Let’s av ya
  • Spiral Tribe EP 1 00 00023-B : The drum roll of – The dragon calls
  • U Make Me Feel So Good
  • Breach The Peace
  • Forward The Revolution
  • Forward The Revolution (The Youth Remix)
  • Spiral Tribe EP
  • Sirius 23
  • Spiral Tribe Sound System (The Album)
  • Techno Terra
  • techno 235

SP 23:

  • SP01 black label (castlemorton,not guilty…)
  • SP23 001 fatherhood germany/motherland africa

NTW 23:

  • Don’t Take The Piss
  • Definitely Taking Drugs
  • Expekt The Unxpekted
  • LSP 23
  • Panasonic
  • Power House
  • Power House 02
  • Probably Taking Drugs
  • Spiral Tribe 1
  • Spiral Tribe 2
  • Spiral Tribe 3
  • Spiral Tribe 4
  • Spiral Tribe 5
  • Full Fill Fromage
  • Strange Breaks

ARTICLE TRADUIT D UN BLOG MADE IN LONDON

SUPER ARTICLE  EN RELATION AVEC SPIRAL TRIBE

UNE ETUDE SUR NOTRE PASSION LA FREE PARTY LA VRAI

Parties-A Free étude culturelle, sociologique, idéologique, politique et historique

Un séminaire a quelqu’un dans le cadre de leur composante des études culturelles de leur cours sur les médias degré de production. Pas de points pour repérer les erreurs délibérées et la langue prétentieux 😉

« Alors que nous étions dans le domaine où le système de sonorisation a mis en place, dans un bol parfaite de la terre comme un amphithéâtre, délimitée par des arbres, et avec les feux et les lumières scintillantes tout autour. Dix minutes plus tard j’avais avalé un E. Une demi-heure plus tard, je dansais au milieu des lumières chatoyantes et en cascade des sons tandis que les vents petits s’affairaient autour de mon corps, en envoyant des ondulations de plaisir et ma colonne vertébrale. Il y avait quelques centaines de gens qui dansent à côté de moi: les voyageurs avec des dreadlocks et le nez des anneaux, les clubbers à la mode avec la pile des chaussures à talons, un rasta qui avait rasé une partie de sa tête et ressemblait à un chaman de quelque tribu ancienne, les jeunes filles avec jupes moulantes et lunettes de soleil, les personnes noires, personnes blanches, les personnes asiatiques;. et au moins un d’âge moyen ex-hippie encore aspirant à la révolution  »

Le milieu d’âge ex-hippie est CJStone, auteur de ‘Dancing Fierce’ le livre. Il décrit sa première Partie Libre, un événement de bricolage en 1991.

Antonio Melechi également fait valoir que les raves étaient un carrefour pour des sous-cultures improbable »de se rencontrer. Il utilise des exemples de cultures de football, indie et le voyageur, mais je crois qu’il sous-estime la diversité des sous-et contre-cultures.

Je voudrais ajouter un peu plus: les punks, rastas, Crusties, les surfeurs, planchistes, les trafiquants de drogue, S & M amateurs, les clubbers, les voyageurs du nouvel âge, les cyclistes, les gays, les étudiants, les manifestants. Celles-ci pourraient tous être très vaguement mis dans la catégorie des «Party People gratuit», mais ce n’est pas de dire que n’importe lequel de ces groupes sont exclusivement Party People gratuit. Toute personne qui pénètre dans la soi-disant Zone Autonome Temporaire d’une partie gratuite entre une sous-culture qui est par sa nature même temporaire. Il est important que Melechi utilise crossroads’-il le mot «n’est pas un endroit que les gens restent dans ou habitent, mais un endroit où ils se rencontrent avant de passer.

Ces événements étaient souvent «invisibles» à la culture droite, c’est à dire de Rushkoff,

«À la fin des années 1980, la Chambre a été partout dans le Royaume-Uni, mais il n’avait jamais vu la lumière du jour. Des dizaines de milliers d’enfants ont été faire la fête tous les week-end. La culture dominante était même pas au courant de leur existence.  »

Cette réunion de sous-cultures renoue retour à s les années 60 et sans doute au-delà. Kristian Russell décrit le «rassemblement des tribus » non seulement comme « différentes factions de la jeunesse », mais aussi « jeunes et vieux », signifiant un dialogue entre les générations passées et présentes de sous-cultures.

Douglas Rushkoff, dans son livre Cyberia-vie dans les tranchées de l’Hyperespace, définit la scène aujourd’hui partie comme suit:

« … Un géant, illégale … » rave « où des milliers de célébrants a psychédéliques, dansaient aux soubresauts de musique générée par ordinateur, et ont discuté des façons dont la réalité elle-même serait bientôt conformes à leurs propres projections hallucinatoires. No big deal. Bohémiens ont parlé de cette façon depuis des années, voire des siècles.  »

Une sous-culture de la musique et la résistance des jeunes n’est pas un phénomène nouveau par tout moyen. Anthony Esler, dans son livre, Les bombes, les barbes et les barricades: 150 ans de Youth in Revolt, a déclaré:

« Pratiquement tout ce que nos jeunes ont essayé … insurrectionnelle a été essayé auparavant. L’importance cruciale de la Révolution de la jeunesse de notre époque ne réside pas dans son unicité présumée, mais dans la continuité avec l’histoire très laquelle le Mouvement lui-même, et la plupart de ses détracteurs ont-donc nié avec véhémence.  »

Même si cela est fait référence à l’art du ’60 ‘et avant, c’est toujours d’actualité dans les années 1990. Les Anglais rave, selon Rushkoff, «… a une qualité de médiévisme, l’énergie tribale et de l’Ancien Monde paganisme .. », ce qui signifie une étendue bien au-delà les années 60 au Moyen-Age.

George McKay, dans «des actes insensés de beauté» son livre définit festivals gratuits et les parties libres comme «la culture de la résistance elle-même formant … autour de la construction d’une zone ou un espace ..», et c’est pourquoi les partis et les festivals peuvent être considérés comme déviants oppositionnel sous-cultures-, car ils créent leurs propres «zones autonomes temporaires», ou «TAZ de ‘. La TAZ a exister dans le temps ainsi que l’espace-, il est significatif que les parties peuvent durer de 10 minutes (si elles sont brisées par la police) à 3 semaines. Il est également intéressant de noter que le fuseau horaire n’est pas synchronisé avec le reste du monde les-parties rarement commencer avant minuit. Cela ajoute à «l’invisibilité» de ces événements. L’avantage d’un Parti libéral, c’est que la zone autonome, c’est exactement ça, alors que la rémunération à Raves, où est l’autonomie dans un billet £ 25 pour la danse d’une nuit?

Les lieux choisis ne sont souvent une signification-leur appropriation pour une autre utilisation peut souvent être assimilée à épées en socs de charrue. Par exemple, les Parties libres ont eu lieu dans des endroits tels que le Ministère de la Défense des terres, des entrepôts industriels désaffectés, des immeubles de bureaux, terrains communaux, les carrières, les cinémas désaffectés et les vieilles maisons de Dole. L’emplacement de l’événement fait un point. Il s’agit d’un point de politique similaire à celle faite par des squatters-la remise en état et la transformation d’un espace, dans ce cas dans un environnement de divertissement plutôt que d’un espace de vie. Dans le recyclage des composants de l’infrastructure industrielle que TAZ, les organisateurs du Parti gratuits sont également démontrer que, oui, il ya assez d’espace pour tout le monde (une autre théorie adaptée à partir du mouvement des squats).

Toutefois, des affrontements ont eu lieu entre les groupes qui tentent de partager la même zone. Les voyageurs et les ravers qui tentent de coexister au même festival, Castlemorton par exemple, avoir des conflits d’intérêt. Sound System Spiral Tribe par exemple, ont une politique de terrorisme sonique, une attitude extrême, caractérisés par leur « Make Some Fuckin ‘bruit » slogan c’était directement en opposition avec les idéaux traditionnels de voyageurs qui veulent souvent rien de plus qu’un «calme la vie ». Sur Castlemorton commune en 1992, ce n’était pas seulement les habitants qui ont été perturbés par la musique, mais certains voyageurs ainsi. Spiral Tribe, même si demandé de mettre le système hors de son poliment, gardé ce que ça va de 24 heures par jour. Ils avaient déjà gagné des surnoms de la communauté traditionnelle itinérante «Bribe spirale», «Spirale Tripes », ou, plus exactement, «Maux de tête en spirale ».

Moins de problèmes se produisent lorsque la Zone Autonome Temporaire est destiné exclusivement à un seul but au lieu de deux. Les habitants de Castlemorton savait mieux que quiconque que la musique forte et dormir paisiblement ne se mélangent pas et c’est aussi le cas des voyageurs et ravers, qui dans l’ensemble sont plus indépendants les uns des autres de nos jours. Le problème avec quelque chose comme Castlemorton, pour les autorités, était sa visibilité à «droite» de la société. Cela aussi, ironiquement, était quelque chose qui trouble les gens du Parti ainsi, parce que leur habitat de prédilection était un lieu qui était à la fois «underground» et «invisible».

Est-rave radicale ou d’opposition? Non, selon Stuart Cosgrove, qui estime que «les plaisirs de la rave ne viennent pas de résistance, mais la cession». Cette image de «Musique pour la génération Jilted album de Prodigy raconte une histoire différente.

La jeunesse de ce pays ont récemment été accusés d’être politiquement apathiques. Le porte-parole de Sarah Thornton a dit cela dans le NME: « la grande majorité des sous-cultures jeunes britanniques, passé et présent, ne sont pas épouser manifestes des projets politiques. » Cela semble avoir changé, le CJ & PO loi a tenté de transformer les membres de plusieurs sous-cultures telles des criminels, et ils ont réagi à cela par un processus de politisation. Il est, ironiquement, le gouvernement qui a transformé ces groupes minoritaires apathiques de l’extérieur dans une «coalition arc-en-« politiquement motivée.

Le gouvernement a été de légiférer contre Free Parties depuis Licensing Act de 1988. Le divertissement (des peines plus sévères) Act de 1990 (également connu sous le nom «Bill Bright ‘après le brillant député Graham), a porté un coup contre le blanchiment de rendre les événements illégales telles que la Sunrise, la biologie et de beaucoup d’autres.

La Loi sur la plus récente est peut-être le plus connu de tous-la justice pénale et l’ordre public loi de 1994. Cette loi n’était pas spécifiquement sur les raves, les voyageurs ou même des sous-cultures, mais un morceau très vaste de la législation qui a couvert à peu près tout-pornographie impliquant des enfants, billet rabatteurs, des délinquants sexuels, etc Il a été un tel éventail que l’opposition se sont abstenus du travail plutôt que de voter contre elle. Il s’agissait d’une «pilule amère» qui, en raison de son caractère inclusif, toutes les parties d’ingestion. Cependant, Michael Mansfield QC, un juge respecté, a décrit la loi comme «l’acte le plus draconiennes que le gouvernement a mis en ».

Il semble que le CJ & PO loi avait été dans le pipeline pendant une longue période, dans le cadre de l’histoire de la législature contre ce genre d’événement, mais certaines sources affirment qu’elle a été Castlemorton Free Festival en 1992 qui a vraiment précipité la décision d’une nouvelle loi.

Au Castlemorton commune à Hereford et la sauce Worcestershire en mai 1992, quelque part entre 20 et 80.000 personnes se sont rassemblées pour le Parti ultime gratuit / multisegment Festival, le plus grand rassemblement de la contre depuis le Festival de Stonehenge dernière gratuit en 1984. 14 personnes (la plupart du temps de la bruyante Spiral Tribe collective) ont été prises à la cour et accusé d’avoir créé une nuisance publique. Le procès a eu 3 mois et a coûté le contribuable £ 4,000,000. Tous les accusés ont été déclarés non coupables. Un porte-parole des Spiral Tribe, parlant en fanzine underground le constituant actif a déclaré: «Nous croyons que les autorités étaient à la recherche d’un bouc émissaire, pour dissuader les autres de participer ou d’assister à des événements gratuits ».

L’article 63 de la Loi a été développé comme une réaction à l’attitude évasive des ravers et les voyageurs a été conçu pour les laisser sans guère de portée pour faire la fête ou de voyage. Quelques-unes des sections les plus nocives de la Loi comprennent l’exigence que le propriétaire d’un véhicule roulant ou d’un système sonore paie effectivement de sa destruction si elles contreviennent à certaines parties de la Loi. 10 personnes ou plus qui fréquentent une partie ou toute autre personne sur leur façon de celui-ci agit, en théorie, contraire à la loi. Selon la Cour européenne des droits de l’homme que du présent article contrevient 10 de la CEDH, le droit à la liberté de réunion.

Dans un contexte historique, il n’existe aucun précédent d’une législation contre les types de musique au Royaume-Uni. Punk a été désapprouvé et a réagi à, par exemple par le député Marcus Lipton, tel que cité dans Hebdidge de «subculture, le sens du style»: «Si la musique pop va être utilisé pour détruire nos institutions établies, alors il doit être détruit premier . « Il y avait souvent explosions par des personnalités publiques au sujet de la culture des jeunes, mais ils ne seraient pas normalement légiférer contre elle.

Rave (défini à l’article 63, sous-section 1 (b) de la Loi sur CJ & PO comme «sons entièrement ou principalement caractérisée par l’émission d’une succession de beats répétitifs ») est le genre premier de la musique à la loi contre la Grande-Bretagne. Le seul autre exemple de la législation contre les styles de musique vient de l’Allemagne nazie dans les années 1940. Une des lois Le parti nazi a déclaré ce qui suit:

« … Ce qu’on appelle des compositions de jazz peuvent contenir des syncopes au plus 10%, le reste doit être constitué d’un mouvement naturel legato dépourvu de la rythmique hystérique revers caractéristique de la musique des races barbares et propices à des instincts sombres. »

Les groupes de jeunes seulement acceptables pour le gouvernement nazi ont été officiellement sanctionné groupes. Il y avait aussi une loi interdisant aux jeunes de «flânage dans les rues ou dans les maisons publiques».

Dans le cas du CJ & PO Loi de la législation contre la musique est une sorte de side-stepping, la crainte réelle, c’est la peur de drogues illicites, le manque d’une licence publique Entertainments, et la crainte que les jeunes dépensent leur argent potable imposable sur non-imposables les produits du marché noir qui existe dans des free parties. Un sondage indépendant mené par le Centre Henley a montré qu’une £ environ 1,8 milliards par an sont dépensés dans les raves. Qu’entend-on exactement de cet argent est dépensé sur? Ravers normalement évitent substances intoxicantes conventionnels tels que l’alcool, et le médicament de choix est généralement Ecstacy. Dans l’hystérie ’80 fin de l ‘environ Acid House, cependant, la presse tabloïd se fouettée dans une frénésie de l’abus de LSD. En réalité, E était le médicament de choix à ce stade trop le mot «acide» a ses racines dans l’argot américain, cela signifiait «volé» et renvoyé à un style de musique qui a volé un rythme ici, une voix là-bas, et lui-même constitué de mélodies et de chansons d’autres.

Ecstacy a été synthétisé pour la première en 1912, puis breveté en 1914 en tant que médicament minceur, près de trente ans avant le voyage du LSD en premier. L’appel de E (ou 3,4-méthylènedioxy-N-méthylamphétamine) est comparé à ceux du LSD par Saunders Nicolas ‘Ecstacy et la culture de la danse »son livre. Il la décrit comme «une sorte d’expérience religieuse édifiante de l’unité que j’ai senti une seule fois avant ». L’effet de E est décrit par son «parrain», chimiste américain Alexander Shulgin, en lui faisant sentir qu’il était «un citoyen de l’univers ». Ce sentiment d’unité est ce qui rend E si pertinente à la scène Free Party. Il unit, fût-ce temporairement, tous les sous-cultures présenter.

Toutefois, dans des free parties, par opposition à payer Raves, un large éventail de médicaments est généralement disponible, celui plus underground de l’événement, le plus underground des stupéfiants. Les nouveaux produits chimiques désormais 2CB, DMT, la kétamine, doet, et dans les DOM représentent une sorte de boîte de Pandore pour le prochain millénaire. L’émergence rapide de ces nouveaux produits chimiques est inquiétante car, efficace et psychoactive tels qu’ils sont, ils sont nouveaux et encore moins testé que E était. La génération E sont des cobayes, mais pas par rapport à la prochaine génération de drogués qui prennent un saut périlleux dans l’inconnu.

Le 9 Octobre 1994, la troisième manifestation nationale contre le CJ & PO loi a eu lieu dans le centre de Londres. Le 50.000 forte mars a pris fin à Hyde Park, où les manifestants ont été réglé sur une fête. La police avait une idée différente. Un officier supérieur a décrit la présence de systèmes de sonorisation comme «point focal (s) pour ceux qui souhaitent provoquer le désordre». Cela en soi est ce qui a causé le désordre. McKay décrit cette stratégie comme «pas très intelligent». Il n’était pas non plus très intelligent, à mon avis du moins, se faire des ennemis avec la presse de manière drastique. Il a été rapporté dans The Independent, le lendemain ce qui suit:

« Un journaliste indépendant … a été frappé par un policier sur le front avec une matraque. Deux autres policiers est venu de derrière et lui glissée à travers les jambes et l’estomac à coups de matraque.  »

Le jour même de la Independent a publié cette attaque virulente contre le gouvernement dans son éditorial:

« Une coalition arc-en-a été créé qu’aucun des principaux partis peut appeler lui-même. Une fois unie, elle est susceptible d’avoir un impact politique qui survit controverse sur ce projet de loi particulier. C’est une force libérale de personnes majoritairement jeunes que la série autoritaire torysme attaque partie de l’aider à définir son propre agenda.  »

La plupart des autres sections de la presse étaient sympathiques, à part le Soleil, qui a offert des récompenses pour les principaux des agitateurs.

Cet événement ne fut pas sans précédent en 1985 un groupe de voyageurs sur le chemin de la 11ème Festival libre de Stonehenge ont été attaqués par la police. Comptes de l’événement peuvent varier, mais la «bataille de l’Beanfield ‘on en parle encore comme l’un des épisodes les plus graves de brutalité policière de ce siècle a vu au Royaume-Uni. Selon le NME:

« Sur Juin 1, 1985, la police Wiltshire détourné un convoi Stonehenge lié au large de la A303 près Cholderton. Quatre heures après qu’ils avaient bloqué les camions dans un champ, plus de 800 policiers anti-émeute déplacé po Ils ont saccagé vieilles voitures et les ambulances, apparemment inconscient sur le sort des enfants à l’intérieur. Ils ont utilisé un (voyageur) de bus comme un bélier pour frapper les autres hors de la commission. « Lord Cardigan, qui avait monté le long du convoi à travers son territoire à l’heure, dit qu’il a vu » des matraques en cours de la même affaire de personne.  »

Le prochain épisode majeur de la violence de la note était à une fête de Pâques Spiral Tribe à Acton, en 1992, avec matraque brandissant police anti-émeute (avec leurs numéros de PC cachée) faire des dégâts non négligeables à plusieurs personnes et un système de son, pas la brutalité d’abord enregistrées contre ravers, et peut-être pas la dernière.

L’idéologie des organisations du Parti libres peuvent peut-être mieux assuré par la recherche sur le symbolisme des mots qu’ils utilisent pour leurs noms et aussi sur leurs prospectus. Les polices de caractères réels et de l’imagerie utilisée aussi nous donner des indices sur la façon dont ils se voient.

DIY est l’un des systèmes les plus célèbres sonores gratuits et leur nom, l’abréviation de Do it Yourself, souligne pas seulement à leur propre idéologie, mais à l’idéologie d’une sous-culture tout entière. Avec les lois de licences faisant des boîtes de nuit les environnements restrictifs, les gens qui veulent un parti doivent faire eux-mêmes. Dans jeunes de la ville et les zones rurales intérieure insatisfaits ont donné eux-mêmes quelque chose à faire. Il a été affirmé par certains que ces groupes prennent à la «culture d’entreprise » coeur de Margaret Thatcher.

Les autres noms de systèmes sonores pointer dans l’autre sens-Lazy House, Slack, Bedlam, l’équipage Sketchy, Jiba, Oups!, LSDiezel, Sativa, Sugarlump-ces noms suggèrent une untogetherness, un sentiment druggy chaotique qui contredit le fait qu’ils sont des organisations qui faire avancer les choses dans des circonstances difficiles (ces personnes sont ce qu’on appelle des criminels, rappelez-vous).

Chaîne Circus et du Cirque noms normales utilisent l’idée d’un espace pour effectuer en une zone très Autonome Temporaire qui a été autour depuis des siècles-le cirque. Par ailleurs, les systèmes sonores ont plusieurs des grandes tentes de cirque Top’-style.

Le Sound System à Brighton Kamikaze est juste ce qu’il dit qu’il est. En raison des risques de confiscation que la peste si de nombreux collectifs, le Sound System Kamikaze a son risque financier étalé sur un grand nombre de personnes, de sorte que si elle ne se confisqués, le choc est un peu atténué. Souvent, lorsque les systèmes sonores sont confisqués il laisse deux ou trois personnes n’ont pas les moyens de gagner leur vie légalement ou illégalement.

Autre point les noms vers le mysticisme-Lune Noire, de l’énergie tribale, ou de la politique-démocratie, l’Exode, ou tout simplement une attitude ou un sentiment-eze Amour, Up Front, Vibe, Open Mind.

Nom de Spiral Tribe signifie un retour au paganisme, le tribalisme, le chamanisme, la terre culte, la danse et une identité collective forte. Dans l’ancienne Angleterre, il était en fait un original Spiral Tribe »et c’est là où ils ont obtenu leur nom. De tous les collectifs Sound System, des Spiral Tribe, (‘Spiral’ pour faire court) ont l’image du groupe le plus reconnaissable – partiel rasé des Festi-coupes de cheveux, les vêtements des surplus de l’armée, pochoirs et des symboles. Cette image militariste vient de leur opposition nature-ils sont une tribu, une armée, par opposition aux valeurs traditionnelles du Moyen-Angleterre, mais aussi une partie de l’image historique. Ils se sont opposés par la police dès qu’ils ont commencé à organiser des soirées dans des lieux squattés, et ils ont réagi. Les noms de leurs dossiers reflètent cette-Forward de la Révolution, le manquement de la paix. Spiral Tribe ont été les précurseurs d’organisations telles que Reclaim the Streets en ce sens qu’ils ont utilisé le Parti comme une protestation.

Mark, l’un des membres pivots de Spiral Tribe, décrit la musique techno, ils jouent comme «La musique folklorique. Jamais la musique folklorique a été aussi accessible ou si fort. « Il s’agit d’un indicateur direct de la façon dont ils essaient de faire un lien entre leur passé et leur avenir.

La musique techno est avant tout une musique sans paroles-comment peut-il la musique faire des points valables, comme la musique punk ou de protestation fait à travers ses paroles? Dans les mots de DJ Aztek, qui a joué à la fois pour Bedlam et Spiral Tribe-« Ne pas faire un point, faites un sentiment ». Cela sonne comme une échappatoire, mais n’est pas. Le sentiment qui est faite peut être un sentiment politique valable, le fait que ce n’est pas un «point» ne limite pas son importance pour toute mesure. McKay a ceci à dire sur le sujet:

« Instrumental jazz be-bop ou sans jamais empêché musiciens afro-américains de contribuer au mouvement des droits civiques, par exemple. »

Pour conclure, je crois que, même si le Parti libéral contre-est de par sa nature temporaire et «invisible», elle aura des effets profonds dans l’avenir. Il offre une alternative non seulement à la monotonie de la journée à la vie quotidienne, mais pour toute la nuit sous licence raves et les clubs où l’accent est mis sur le bénéfice génération plutôt que la liberté d’autonomie, la diversité, la créativité et totale. Bien que n’étant pas à l’origine d’opposition, le Parti libéral a été transformé en un événement illégale par un morceau de la législation du gouvernement mal pensé. En créant cette «coalition arc en ciel», le gouvernement a forcé un hédoniste jusqu’ici, scène apathique pour faire des points, ou plutôt les sentiments des propos de la politique. Ces sentiments des ‘sont les événements eux-mêmes, qui ne sont pas seulement «parties» plus, bien que si c’est CJStone aspirait-pour la révolution arrivera comme un résultat est discutable.

Bibliographie

Livres

La Bible, livre Isiaiah 2 verset 4

Bombes, barbes et barricades: 150 ans de Youth in Revolt par Anthony Esler (New York 1971)

Cyberia-vie dans les tranchées de l’Hyperespace par Douglas Rushkoff (Flamingo originale, 1994)

Ecstacy et la culture de la danse par Nicholas Saunders (Londres 1995)

Equinox: Rave Nouveau Monde, une transcription éd. Derek Jones (diffusion C4 6th Novembre 1994)

Fierce Danse des Aventures dans le métro par CJStone (Faber and Faber 1996)

PIHKAL (phénéthylamines que j’ai connu et aimé) par Ann et Alexander Shulgin (Transform Press 1991)

Rave Off: Politique et déviance dans la culture contemporaine pour jeunes Steve Redhead par (Aldershot 1993) (contient Antonio Melechi de la pièce l’extase de la disparition)

Des actes insensés de beauté des cultures de résistance depuis les années soixante par George McKay (Verso 1996)

Subculture, le sens du style de Dick Hebdidge (Methuen 1979)

TAZ: Zone Autonome Temporaire, Anarchy ontologique, Terrorisme Poétique par Hakim Bey (Brooklyn, NY 1991)

Magazines et journaux

«La répression Convoy», le New Musical Express le 8 mai 1993

L’article de tête et de page d’accueil, indépendante 10th Octobre 1994

Petite fonctionnalité, le fanzine Matière active, 1995

Partagez cet article:

Part

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s